4. La géonef ou l’habitat autonome en matériaux recyclés : écologique et très économe !

[metaslider id=1160]

Plan de cette page :

1. Principes de cet habitat en matériaux recyclés
2. Les nombreux avantages de cette maison autonome :
2.2. Habitat passif répondant à des normes les plus exigeantes
2.4. Construite à partir de matériaux recyclés
2.5. Équipées de serres solaires passives
2.8. Dernier exemple : la « Kerterre »  

1. Principes d’une maison en matériaux recyclés :

Présentation du concept de géonef (ou « earthship » en anglais) créé par l’américain Michael Reynolds dans la vidéo ci-dessous qui est un habitat qui se veut autonome et édifié à partir de matériaux recyclés pneus usagers, bouteilles en verre et canettes en aluminium afin de limiter au maximum l’impact sur notre environnement :

géonef, maison autonome

Autre exemple de géonef au Québec (projet débuté en 2005) et vidéo tournée 12 ans après, à l’heure du bilan ICI.  Vidéo explicative :

Autre exemple de construction d’une géonef dans le Périgord en France (article d’août 2017) :

 

Ces habitats sont donc bioclimatiques comme toutes les autres (larges surfaces vitrées au sud et protections au nord) mais élaborés à partir de matériaux recyclés et construits à l’aide de chantiers participatifs où certaines valeurs sont privilégiées (exemple ICI) comme :

  • la terre issue du terrain où la maison est édifiée : matériau sain, durable, qui a une très grande longévité, qui possède une très faible énergie grise, réutilisable à l’infini…
  • des bouteilles de verre (photo ci-contre) mêlés ici à une structure en terre (mélangée ou pas à de la chaux ou du ciment) aux formes arrondies,
  • undefineddes pneus usagés (de la même hauteur pour chaque rangée) et remplis de terre tassée (comme la photo en en-tête de cette page) qui permettent l’édification de murs stables et solides souvent contre une butte en terre : la maison est donc dans ce cas semi-enterrée au nord pour profiter de la masse thermique apportée par la terre,
  • plus rarement, des canettes comme le montre la photo ci-contre (les goûts et les couleurs ne se discutent pas !),
  • de pierres ou différents végétaux (paille…) en fonction de ce que peut nous fournir le terrain et pour augmenter le pouvoir isolant.

L’orientation plein sud permet d’intégrer un grand espace avec d’immenses surfaces vitrées qui assure un très bon ensoleillement favorisant la plantation, à l’intérieur de la maison et toute l’année, de légumes, fleurs, plantes de toutes sortes. C’est dans ce sens que les concepteurs de ce géonef parlent d’autonomie en ce qui concerne la nourriture.

Cet espace très ensoleillé qui peut être plus ou moins large suivant les plans, est présent sur la totalité de la longueur de l’habitat, ce qui peut faire une surface suffisante pour un bon potager. Il est possible aussi d’agrandir la maison en y ajoutant une serre solaire passive (au bout car l’habitat est tout en longueur) comme celle développée par Francis Gendron, un québécois fort sympathique. Voici la vidéo de présentation de cette « serre du futur » (conçue ici à part de l’habitation mais qui peut s’y accoler) comme il l’a nomme et qui reprend tous les principes de base d’un géonef (DVD, plans, formations en ligne et e-book disponibles sur leur site).

serre du futur, géonef

(Revenir au plan de cette page)    

2. Les nombreux avantages de cette maison autonome :  

2.1. Habitat à la pointe de la technologie pour l’autonomie énergétique :

Enveloppe thermale : à comprendre comme le mur de pneu derrière lequel a été monté une butte de terre pour isoler l'habitation, autant du chaud qu du froid. Murs de pneus et de terre tassée : le fameux mur de penus qui ont été remplis de terre pour l'isolation et aussi les lester. La terre tassée servant de crépis, la couleur varie selon les goûts Les tuiles de métal récyclé : sont des morceuax de même taille et forme découpé dans du métal récupéré à droite à gauche, d'où l'aspect chamaré. Panneaux solaire : ou plutôt panneaux photovoltaïques puisqu'ils fournissent l'électricité au logement. Leur inclination et disposition varie selon l'emplacement géographqiue de la maison. Fenêtres de toit ou puits de lumière : permettent à la fois de faire penettrer la lumière dans l'habitation dans la pièces sous terraines, mais celà permet aussi d'aérer et de réguler la température interne notamement pendant l'été. Chauffe eau solaire : pour ne pas utiliser toute l'éléctricité à chauffer l'eau, les chauffes eau solaires sont préférables.

Habitat écologique ne veut pas dire habitat primitif, loin de là… Il s’agit ici d’assurer une autonomie en électricité avec des panneaux photovoltaïques et une ou plusieurs éoliennes. Deux solutions :

  • réaliser une autonomie complète avec une excellente gestion des pics de consommation des appareils ménagers : difficile mais faisable avec tout un appareillage assez couteux (onduleur, batteries),
  • se connecter à un fournisseur d’électricité « verte » comme Enercoop, lui revendre notre électricité et lui racheter lorsqu’il y en a besoin…

L’habitat peut aussi intégrer du solaire thermique (capteurs tubes ou capteurs plans) afin de réchauffer l’eau sanitaire (douches, cuisine…).

(Revenir au plan de cette page)    

2.2. Une géonef est un habitat passif :

Afficher l'image d'origine

La mise en œuvre du bioclimatisme et l’utilisation de matériaux naturels comme les pneus (qui font office de masse thermique) en font d’emblée un habitat passif où le chauffage n’est pas nécessaire. Les expériences menées partout dans le monde (y compris en France) montrent que maintenir une température de plus de 20°C toute l’année est possible.

(Revenir au plan de cette page)    

2.3. La récupération des eaux de pluie et le recyclage de l’eau est très ingénieux :

Afficher l'image d'origineL’eau de pluie (gratuite) est récupérée du toit puis stockée à l’abri de la lumière, dans la terre (cuve en béton et non en plastique) pour qu’elle reste bien froide (aucun développement de germes) puis est réutilisée 3 voire 4 fois :

  • une première fois comme toute eau sanitaire pour nos besoins de tous les jours : douche, cuisine, lavage linge, vaisselle (pas les WC !)… A noter qu’elle peut même être bue si elle est correctement filtrée et si la législation le permet (pas le cas en France). On obtient des eaux grises qui sont des eaux usées ménagères,
  • ces eaux grises sont ensuite redirigées (ré-pompées) pour alimenter les plantes de la serre qui vont les filtrer naturellement,
  • ensuite, cette eau filtrée peut servir aux WC (quand on utilise pas des toilettes sèches !) pour devenir des eaux noires,
  • enfin, ces eaux noires peuvent être stockées dans une fosse septique, être évacuées par le réseau d’assainissement des eaux usées ou être épurées par phytoépuration puis servir à nourrir des plantes non comestibles à l’extérieur de l’habitat.

(Revenir au plan de cette page)    

2.4. Leur coût est très abordable à partir de matériaux recyclés :

Le coût de revient des matériaux pour une maison hors d’eau, hors d’air sera bien inférieur à tous les autres habitats écologiques décrits dans ce site (difficile cependant de descendre en deçà des 450€/m2) grâce à la récupération des pneus et l’utilisation de la terre (pour solidifier l’ensemble ou comme enduit).

Pour la construction, les postes les plus coûteux seront à notre avis les suivants :

  • toutes les surfaces vitrées (en double vitrage) et fenêtres qui sont nombreuses et conséquentes : surfaces qui donnent sur l’extérieur et surfaces à l’intérieur,
  • la récupération et le transport des pneus (tout dépend si le terrain est en pente ou pas) et autres matériaux récupérés,
  • les matériaux nécessaires au toit : poutres (ou rondins),
  • le terrassement du lieu : un tractopelle semble être de mise !
  • le coût de l’éolien et des photovoltaïques : à ne pas compter si on veut faire une comparaison avec les autres maisons écologiques et économiques,
  • les cuves, pompes et filtres pour la récupération, le stockage et la circulation de l’eau. Pour donner une idée dans ce domaine, les matériaux nécessaires pour une cuve de 33 m3 (= 33 000 litres) édifiée en parpaings (enterrée sous la maison) et étanchéifiée au sikatop 121 (Lafarge) avec le matériel de filtrage coûte aux alentours de 9 000€. (système installé dans la MOB présentée dans ce site).

Par contre, le travail manuel, humain reste lui, colossal et peut en décourager plus d’un ! Ce genre de bâtisse reste donc, de ce fait, réservé aux auto-constructeurs.

(Revenir au plan de cette page)   

2.5. Les géonefs sont équipées de serres solaires passives :

geonef-23On le voit dans toutes les photos, ces habitats intègrent un espace plus ou moins grand dans lequel des plantes, fleurs et légumes peuvent harmonieusement cohabiter.

Certains annoncent une autonomie alimentaire : pourquoi pas… si cet espace est non seulement suffisant eu égard aux nombres de bouches à nourrir mais aussi et surtout s’il est bien entretenu car tout cela demande pas mal de travail.

En tout cas, pour ceux et celles qui le désirent, c’est totalement possible et réalisable et ce système peut être avantageusement complété par l’aquaponie (aquaculture et hydroponie : culture hors sol) pour produire légumes et poissons dans la maison ! Il s’agit de nourrir les plantes grâce aux déjections des poissons qui contiennent de l’ammoniac qui va être transformé par les bactéries en nitrates dont se nourrissent les plantes. Ces dernières filtrent donc ainsi l’eau qui va revenir toute propre aux poissons !

Intérêt : la production ne nécessite pas beaucoup de place et les rendements sont bien meilleurs. Seule obligation : nourrir les poissons (vers, insectes…). Explications en vidéo :

(Revenir au plan de cette page)   

2.6. Elles sont faciles à construire mais nécessitent beaucoup d’aide :

Enfin, ce type de maison ne nécessite pas de compétences particulières : elle est réalisable par tout bon bricoleur très courageux et a été réalisée partout dans le monde, y compris en France (exemple ICI à Ger dans le Sud de la Manche en Normandie) !

Le mieux est d’intégrer un chantier participatif (à chercher sur le net) :

  • comme celui situé à Figeac pour un chantier démarré le 14 mai 2016,
  • ou celui en Dordogne (région Aquitaine) à Champs-Romain (24470) qui a commencé en mars 2015 (fin des travaux printemps 2017).

 

Crédit photo : ukhobbithole

Autre exemple ci-contre d’une très petite géonef auto-construite par un particulier en 13 étapes !

 

 

 

 

 

Sites dédiés pour renseignements, formations :

Exemple d’earthship édifiée en France détaillée dans la revue « La maison écologique » n° 90 (Janvier 2016). Coût très avantageux (100 000€ seulement pour 160 m2). Voici leur blog pour plus de détails. A noter le jumelage ici d’une maison en paille à étage et d’une géonef avec son ensemble vitré (photo ci-contre lors de la construction, pas de photo de l’earthship terminée car les propriétaires, après de trop nombreuses demandes, ne veulent plus être dérangés).

 

  • L’association Habite ta terre ! qui présente les géonefs et propose des chantiers,
  • Réseau « Solutionera » avec Régis Gendron

    Le réseau québécois « Solutionera » avec Régis Gendron qui propose des formations en ligne ou chez lui au Québec pour la construction de serres solaires passives et d’habitats autonomes inspirés de la géonef. Quelques différences cependant avec notamment au nord de l’habitation, l’absence de partie semi-enterrée mais une protection avec la mise en place d’un garage (non visible sur la photo) ce qui oblige à enterrer les citernes d’eau de pluie,

  • Projet d’éco-hameau sous forme d’oasis en Alsace
  • A noter : logiciel gratuit pour faire les plans : Sketchup

(Revenir au plan de cette page)    

2.7. Autre exemple de géonef distribuée par une entreprise :

 

Il s’agit bien d’une géonef décrite brièvement ICI fabriquée en terre et matériaux recyclés : il faut 7 500 bouteilles en plastiques pour une maison de 50 m2 (comme celle de ces trois photos).

Elle est annoncée pour un prix inférieur à 100€/m2 par Biotekt, le distributeur sans être encore vendue en France (dans seulement quatre pays au monde).

 

Cependant le concept utilisé est en tout point semblable aux géonefs décrites dans ce site (bioclimatisme, recyclage de matériaux… ) avec une esthétique, c’est vrai, plus soignée qui s’approche des maisons des « hobbits » vues au cinéma dans la trilogie du « Seigneur des anneaux ».

 

 

A noter qu’il aussi d’autres constructeurs de ce type de maisons troglodytes mais la structure qui se monte en trois jours n’est pas constituée de matériaux naturels comme c’est le cas dans une géonef digne de ce nom mais de polymères (fibre de verre, acrylique : même matière utilisée pour fabriquer des piscines rigides, lavabos, receveurs de douche…) dont l’énergie grise est malheureusement colossale (produits pétroliers).

maison-hobbit-simon-dale-11Il s’agit en fait de structures préfabriquées recouvertes d’un toit végétalisé avec une esthétique copiée sur les plans de la maison de Simon Dale, un jeune britannique qui a construit de ses propres mains une véritable géonef (maison de Hobbit en paille, terre, chaux) autosuffisante au pays de Galle (récupération des eaux de pluie et équipée de cellules photovoltaïques).

 

 

(Revenir au plan de cette page)    

2.8. Dernier exemple de géonef avec la « Kerterre » :

http://artdco.net/wp-content/maison-ecologique.jpg Maison entièrement écologique créé par Evelyne Adam après 20 années de recherches. Cet « habitat bulle » utilise des matériaux sains : chanvre et chaux aérienne et peut comporter des végétaux à l’intérieur en fonction de l’espace disponible et des matériaux recyclés.

 

 

http://www.habitat-bulles.com/wp-content/uploads/2012/12/stage-ker-terre-700-698x455.jpg

L’ossature ne comporte aucune pièce de bois. Seulement du chanvre avec de la chaux. Des stages de construction sont proposés sur son site ou une construction clé en main de votre projet.

 

 

 

Vidéos de présentation :

(Revenir au plan de cette page)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer